CENI : Opération de révision du fichier électoral compromet le fonctionnement des écoles à Opala

0
La formation de Formateurs Electoraux Territoriaux (FET), une troisième série de cascades organisée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) constitue d'ores et déjà un frein pour la formation des élèves de certaines écoles. 

Cette formation qui se suivra de la formation de Opérateur de saisie, de préposé polyvalent, de président de centre d'inscription des électeurs et autres, compromet le fonctionnement des différentes écoles dans le territoire d'Opala, un de sept territoires que compte la province de la Tshopo. 

L'Institut Pédagogique d'Opala (IPO), une école-mère située au Centre d'opala est victime de cette opération et ne fonctionne pas normalement ce dernier temps. Ici, les élèves viennent tôt le matin et rentre à 9 heures chaque jours, a témoigné à Congo1.org certaines sources contactées aux alentours de l'école.

Cette situation alarmante s'explique par le fait que, la plus part d'enseignants ont abandonné leurs postes pour participer à la formation qu'organise la CENI en faveur de ces agents dont certains enseignants font partis.

Le Directeur des études de cette école assumant l'intérim du préfet a présenté son mécontentement du fait que la quasi-totalité des enseignants sont maintenus soit comme Formateurs Électoraux Territoriaux (FET), Préposé-Polyvalents (PP) ou soit comme Opérateurs de saisie (OPS).

" Imaginons que jusque là nous ne sommes qu'à la première étape du processus. Et  quand tout le monde signera son contrat et occupera son poste la semaine prochaine, notre école ne va pas fermer ses portes en mars ? ", s'est t-il interrogé.

Un professeur participant à cette formation qui a requis l'anonymat, s'est défendu par ces termes : " la CENI a signé un contrat de partenariat avec le ministère de l'enseignement primaire, secondaire et technique pour un engagement temporaire de ces agents pendant les opérations électorales ".

Avec ce contrat temporaire de trois mois engagé par la CENI, la formation des élèves de la plupart des écoles concernées sera dérisoire  et surtout que tous ces enseignants n'ont pas l'assurance de travailler dans le milieu où leurs écoles sont implantées pour évoquer l'idée de cumul.

Les efforts pour contacter le chef de la sous division EPST/OPALA 1 et la chef d'antenne CENI/OPALA se sont avérés vains.

Joseph OFELEKE
Tags

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
Enregistrer un commentaire (0)

#buttons=(Accepter !) #days=(20)

Nous utilisons les cookies pour vous garantir une bonne expérience fluide sur notre site . Learn More
Accept !
To Top