Affaire Fryde Kelekele Itamili: " La justice a été rendue de manière éprouvante", se réjouit Gisèle Bombele

0

Gisèle Bombele, conseillère au ministre de l'ESU

La conseillère en charge de l’administration et questions politiques au ministère de l’ESU, Gisèle Bombele, également présidente de la fondation qui porte son nom, s'est réjouit du travail réalisé par la justice au sujet du traitement inhumain qu'à fait objet, Fryde Kelekele Itamili, ex épouse de Jean-Claude Pandatimu, Professeur à la faculté de droit de l'UNIKIS et président du tribunal de commerce.

La cour d'appel de Kisangani siégeant en matière de flagrance, a condamné à 12 ans de servitude pénale principale Jean-Claude Pandatimu, reconnu coupable pour incitation des militaires à commettre des actes contraires aux devoirs et à la discipline, la torture et l’arrestation arbitraire de son ex-épouse, Fryde Kelekele Itamili.

Pour dommage et intérêt à allouer à la victime, le Professeur Pandatimu doit payer 10.000 $ à la victime en guise de dommages et intérêts. Comme lui, le commissaire supérieur adjoint de la police nationale congolaise qui a dirigé l’opération a écopé également de 12 ans de servitude pénale pendant que les deux autres policiers ayant exécutés cette arrestation, ont chacun 8 ans de prison pour violation des consignes.



Dans une vidéo qui tourne en boucle depuis mercredi dans les réseaux sociaux, l'on pouvait voir Fryde Kelekele Itamili, ex épouse du Professeur  être ligotée sans piteux par la police et amenée manu militairi.

La décision de la justice saluée par Gisèle Bombele

Le traitement inhumain qu'à subi Fryde Kelekele Itamili a mobilisé l’association des femmes avocates du barreau de la Tshopo, de la sociée civile et d'autres couches de la population qui ont immédiatement condamné cet acte et demandé justice en faveur de cette dernière. 

Parmi ces figures, Gisèle Bombele, conseillère en charge de l’administration et questions politiques au ministère de l’ESU et candidate aux élections législatives à la circonscription électorale Kisangani ville, a joint elle aussi sa voix. Elle salue aujourd'hui la décision de la justice qui, selon elle, a travaillé si dur pour parvenir à ce verdict.

« Je voulais juste élever ma voix pour remercier les juges, magistrats, procureur, président de la cour d’appel de la Tshopo, l’association des femmes avocates du barreau de la Tshopo, les femmes de la société civile de la Tshopo. La justice a été rendue de manière éprouvante pour toute la population congolaise. C’est une satisfaction, car la justice est passée de manière sérieuse, implacable, intransigeante, impartiale dans un État de droit comme le voeu son excellence Monsieur le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo », a-t-elle martelé.

Dido LIBOGA

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
Enregistrer un commentaire (0)

#buttons=(Accepter !) #days=(20)

Nous utilisons les cookies pour vous garantir une bonne expérience fluide sur notre site . Learn More
Accept !
To Top